Déclaration du groupe EELV : sortie de l’exécutif de Rouen

Déclaration du groupe EELV : sortie de l’exécutif de Rouen

Conseil Municipal du 1er avril


En ce 1er avril à Rouen, le groupe des Elu-es Europe Ecologie Les Verts, a annoncé qu’il se voyait contraint de quitter l’exécutif du Conseil municipal.

Les trois adjoint-es (Françoise Lesconnec, Jean-Michel Bérégovoy & Guillaume Grima) et les deux conseillers municipaux délégués (Marie Savoye et Aziz Deme) écologistes ont rendu leurs délégations au Maire socialiste de Rouen Valérie Fourneyron, en début de conseil pour rejoindre les bancs des conseillers municipaux de la majorité.

Cette décision de quitter l’exécutif fait suite au retrait violent et sans motif des délégations « voirie et espaces verts » à l’adjoint au maire EELV Guillaume Grima début septembre 2010.

Les multiples tentatives de négociations n’ont pas abouti, le maire refusant de rendre les deux délégations retirées et de mettre en place des méthodes de travail collectives, tout en exigeant de choisir qui au sein du groupe EELV se verrait confier les différentes délégations.

 

 

 

Les 3 adjoints EELV quittent l’estrade pour rejoindre les bancs des conseillers municipaux

 

Ainsi, Jean-Michel Bérégovoy a déclaré en début de Conseil municipal ;

« En 2008, nous avons pu construire ensemble le rassemblement de la gauche ; un rassemblement porteur d’espoir pour de très nombreux rouennais. Un rassemblement solidaire et responsable qui a recueilli un fort soutien de nos concitoyens dès le 1er tour avec la victoire de la liste « Rouen motivée ».

Au-delà de l’espoir que nous incarnions alors, nous portions aussi un projet de transformation de notre ville, avec des pratiques de gouvernance différentes et une volonté de faire de notre diversité une richesse. Tout ceci représentait une alternative démocratique et participative pour notre ville.

C’est pour cela que nous avons alors fait le choix d’entrer dans l’exécutif de Rouen pour incarner au côté des socialistes et des communistes, à la fois le rassemblement, la volonté de changement mais aussi une façon nouvelle de faire de la politique plus respectueuse des citoyens et plus proche des idéaux et des grands défis du 21è siècle.

Aujourd’hui, nous sommes à mi-mandat, cela représente assurément un moment privilégié pour faire un 1er bilan de notre action commune au sein de notre ville.

Je crois pouvoir dire au nom de notre groupe, mais également des milliers de rouennaises et rouennais qui soutiennent l’écologie politique, que nous avons été des partenaires loyaux, et fortement impliqués tout en demeurant très exigeants sur la qualité des politiques publiques et des méthodes mises en oeuvre à Rouen.

Nous avons soutenu de nombreuses politiques bien reçues dans la population tel le passage en régie directe des cantines ou la mise en place des ateliers urbains de proximité, permettant ainsi la coproduction avec les forces vives de Rouen, mais également la ligne Nord / Sud. Nous avons aussi soutenu les décisions municipales quand elles étaient moins bien perçues par la population, je pense notamment à l’augmentation des impôts locaux, pour nous nécessaire, au moment même où l’Etat se désengage massivement des politiques locales.

Nous avons également pesé dans les débats pour convaincre de la nécessité de maintenir les marchés de l’après-midi largement soutenus par les rouennais ou encore quand nous avons plaidé pour aller jusqu’au bout de la construction du magnifique bâtiment qui accueille désormais la bibliothèque Simone de Beauvoir dans le quartier Grammont.

Nous le voyons bien, l’apport des écologistes dans cette majorité et dans l’intérêt de notre ville, a été parfois déterminant et vécu comme tel par de nombreux habitants de Rouen.

Et pourtant, depuis plusieurs mois, nous avons perdu des délégations importantes. En effet, Guillaume Grima s’est vu retiré la voirie et les Espaces Verts alors même que son travail était reconnu de tous.

De plus, sur de nombreux dossiers, nous n’avons pas été associés aux décisions ce qui, de notre point de vue, est incompatible avec la confiance qui doit nécessairement exister entre partenaires politiques composant la même majorité. De plus, dans le cadre de nos délégations, nous vous avons maintes fois alerté sur l’absence de moyens nécessaires à la bonne mise en œuvre de nos politiques

Nous avons durant de longs mois, essayé ensemble de sortir de cette situation difficile. Cela n’a pas été possible et nous le regrettons sincèrement. Cependant nous ne pouvons continuer à agir comme si cela n’existait pas.

Chacun connaît l’esprit d’autonomie responsable qui anime notre courant politique. D’ailleurs les scores enregistrés par nos candidats aux 1er et 2è tours des dernières élections cantonales, montrent l’intérêt que cela suscite auprès de nos concitoyens.

Pour autant, nous n’avons pas réussi à convaincre nos partenaires de l’intérêt à résoudre ensemble cette crise.

Loin des marchandages exprimés de manière maladroite et inamicale par certains élus de notre majorité, et conscients de la nécessité de se rassembler pour contrer la droite qui met en danger nos services publics, nos collectivités territoriales et nos valeurs républicaines mais aussi pour combattre l’extrême droite, nous avons ainsi pris la décision de rester dans la majorité municipale tout en exprimant notre volonté unanime de sortir de l’exécutif en rendant, dès ce soir, la totalité de nos délégations à Madame le maire.

Rester dans la majorité, c’est continuer à porter le projet que nous avons construit ensemble il y a 3 ans. Sortir de l’exécutif c’est refuser que la co-élaboration entre nos groupes soit trop insuffisante, c’est être en phase avec notre volonté de faire de la politique autrement sans se laisser dicter nos choix.

Cette décision est pour nous douloureuse car elle met fin à une collaboration sincère et parfois efficace au sein de notre collectivité. Nous exprimons le souhait de voir la raison à nouveau l’emporter afin de permettre à cette majorité de mener ensemble la politique promise en 2008; c’est je crois, ce qu’attendent les rouennaises et rouennais, loin de nos conflits mais inscrits dans un quotidien souvent difficile.

Il nous faudra retrouver la confiance et l’envie pour construire cela. Avec une émotion certaine, je réitère ce souhait au nom de notre groupe, car nous aimons tous notre ville et nous souhaitons agir au mieux pour la rendre plus solidaire, plus démocratique et plus respectueuse de ses habitants et des générations futures« .

About these ads