Le département de Seine-Maritime réduit sa politique de solidarité

Le Département de Seine-Maritime réduit sa politique de solidarité

Communiqué de presse 

Le mardi 18 décembre 2012, le président socialiste du département de Seine-Maritime va présenter à l’assemblée départementale le budget primitif de l’année 2013.

Il y est prévu de baisser de 50% le budget alloué à la prévention spécialisée, ce qui est surprenant pour une institution gouvernée par une alliance PS-PCF.

Les « éducateurs de rue », qui vont à la rencontre des publics les plus marginalisés, quand les autres institutions éducatives ou sociales ont été mises en échec, sont bien souvent le dernier rempart avant le décrochage scolaire ou l’exclusion. Ils font partie intégrante de la politique sociale du département.

Alors que le Président de la république, François Hollande, a fait de la jeunesse sa priorité, en nommant par ailleurs Valérie Fourneyron, ancienne Conseillère générale de Seine-Maritime, Ministre des sports et de la jeunesse, Didier Marie déciderait de réduire la politique sociale du département en direction des jeunes et des familles des quartiers populaires ?!

Cette décision, que nous ne pouvons pas accepter, aurait de plus comme conséquence d’envoyer au chômage plus de 70 travailleurs sociaux, dans un secteur déjà bien fragilisé.

Lors des dernières élections cantonales, les candidats écologistes mais aussi le parti socialiste n’ont eu de cesse de demander à l’état le remboursement des sommes dues à notre département. Cette demande légitime est toujours d’actualité.

Les écologistes demandent à Didier Marie de maintenir les financements en direction de la prévention spécialisée, qui représentent par ailleurs 0,5% du budget de la solidarité.

La gauche ne peut pas réduire sa politique sociale, en direction des jeunes et des familles des quartiers populaires, dans cette période de crise économique et sociale. Elle doit assumer sa volonté de solidarité.

Nous demandons aux Conseillers Généraux socialistes de nous appuyer dans cette démarche, afin d’être en cohérence avec les discours qu’ils ont tenus lors des dernières cantonales.