MOTION D’URGENCE SUR LUBRIZOL

Présentée au Conseil municipal du 25 janvier 2013

 

Le 21 janvier 2013, à partir de 8h du matin, une fuite de mercaptan sur le site de Lubrizol a eu comme conséquence de répandre une odeur extrêmement désagréable, provoquant des maux de tête et des gênes respiratoires auprès des populations du département, allant même jusqu’à Paris et en Angleterre.

L’entreprise, la préfecture de Seine-Maritime et les services de l’Etat ont répété que ce dégagement était « non toxique » et que l’on se situait en-dessous des normes… des normes de toxicité ? Est-ce aussi parce que ce n’est pas toxique que le match Rouen-Marseille a été annulé mardi ? Le Mercaptan n’est pas si inoffensif puisque sa fiche toxicologique précise qu’il est toxique par inhalation à partir de 100ppm ; or les niveaux de gaz mesurés en sortie de cheminée étaient à 80ppm mardi.

Ce nouvel accident industriel nous démontre encore une fois que la diffusion de l’information est bien au cœur du problème. Beaucoup ont appris cet accident et ses conséquences par les réseaux sociaux et le bouche à oreille. D’une manière générale, qui serait vraiment capable dans la population de préciser les risques auxquels nous sommes exposés, où obtenir l’information et quelle attitude adopter en cas d’accident majeur ?

 

Cette nouvelle fuite relance le débat de la gestion des risques industriels au travers des PPRT (Plan de prévention des risques technologiques) et de leur compatibilité avec le nécessaire développement urbain.

Pour rappel, lors de l’élaboration du PPRT Lubrizol en avril 2010, la délibération proposée précisait que « Par contre, la Ville ne peut à ce stade que prendre acte du périmètre proposé par le Préfet. En effet, la Ville ne maîtrise pas et ne dispose pas des informations lui permettant de juger de la pertinence de ce périmètre vis-à-vis des risques ». Malheureusement cette fuite démontre en effet que les mesures prises pour assurer la sécurité des personnes dans les entreprises à risque  ici et ailleurs (71 sites Seveso sur notre agglomération) sont insuffisantes.

Au-delà de cet accident, il faut s’interroger sur une organisation qui autorise une telle concentration d’usines en zone urbaine dense, et réfléchir à la définition « du risque acceptable ». Pourquoi en effet une telle surprotection des entreprises industrielles et portuaires ? Car ce n’est pas la première fuite de mercaptan chez Lubrizol.

Ainsi, la ville de Rouen se positionne pour :

  • Que soient systématiquement appliquées des procédures d’informations établies et que les populations soient informées et sensibilisées aussi rapidement que possible ;
  • Que soit menée une large réflexion sur les spécificités de l’activité de Lubrizol et des entreprises classées SEVESO au regard des futurs aménagements urbains des quartiers ouest ;
  • Pour le soutien de la proposition – dans l’attente d’une disposition nationale obligeant les industriels à assumer leurs responsabilités – de constituer un fond public d’aide aux résidents pour la réalisation des travaux prescrits dans le PPRT.

TÉLÉCHARGER LA MOTION EN PDF :

20130125 Motion EELV – Fuite de Gaz Lubrizol