Parc urbain du champ de courses : Une concertation constructive pour un projet cohérent

Communiqué de presse du 16 décembre 2013
Le projet de création d’un parc urbain sur l’ancien hippodrome des Bruyères est soumis depuis juillet à l’avis des citoyens pour débattre ensemble de ses grandes lignes, avec une restitution des échanges le 18 décembre prochain.
La qualité du processus de concertation est assez rare pour qu’elle soit aujourd’hui soulignée par les élus écologistes de l’agglomération, sur ce dossier qu’ils ont suivi tout au long de leur mandat, à Rouen comme à la CREA, en défendant trois invariants : un lieu de détente et de loisirs pour le public, un projet qui préserve la riche biodiversité du site, un ensemble cohérent dans ses diverses fonctions.
Cette démarche concertée engagée par la CREA a permis de faire émerger des propositions très diverses, parfois même contradictoires sur le papier, qui trouveront (ou pas) compatibilité sur le terrain.
Ce qui est d’ores et déjà certain, c’est qu’un tel lieu de centralité dans notre agglomération est une opportunité de mettre en oeuvre le changement au coeur de la ville :
– en lien avec la nécessaire préservation de la biodiversité du site et de ses espèces rares, grâce à un équilibre fin entre zones protégées et zones aménagées au sein de cet espace urbain ; il est à noter que le site est répertorié pour ses pelouses silicicoles à préserver au titre du Schéma régional de cohérence écologique en cours d’approbation ;
– en lien avec ses usagers, à travers la mise en place d’un projet qui pourrait allier pratiques de loisirs et de sport ;
– sous réserve d’études complémentaires permettant de vérifier l’absence d’impact sur la biodiversité, l’implantation limitée de nouvelles formes d’agriculture urbaine à vocation
notamment pédagogique en direction de publics notamment scolaires, le site bénéficiant d’une accessibilité unique en transport en commun, à l’aune du futur Arc Nord Sud.
Au moment où la CREA rassemble les propositions des citoyens et acteurs locaux concernés pour le devenir de ce poumon vert de 28 hectares en coeur d’agglomération,
nous comptons sur elle pour l’élaboration d’un projet veillant à la cohérence entre les différentes activités et à la compatibilité avec la préservation de la riche biodiversité du site qui constitue un maillon essentiel de la trame verte de l’agglomération.